Communauté de Communes du Trièves

Stratégie forestière du Massif sud Isère : Trièves - Matheysine - Oisans :: Communauté de Communes du Trièves

Communauté de Communes du Trièves

Trièves : une Charte Forestière dès 2004

Avec plus de 40% de son territoire recouvert de forêt et un nombre important d’activités professionnelles et de loisirs qui fonctionnent localement grâce à cette ressource, la Communauté de communes du Trièves s’est rapidement dotée de différents outils pour être un des acteurs moteur au service du développement des filières forêt-bois.

Dès 2004, une Charte forestière de territoire a été élaborée et des actions prioritaires à mettre en œuvre ont été ciblées pour dynamiser les filières bois locales. Le bois est une ressource à multi-usages : bois construction, bois énergie, desserte forestière, sylvo-tourisme… La forêt apporte également de nombreux services à la société : captation de carbone, protection contre les chutes de blocs, captages d’eau… L’animateur de la Charte Forestière travaille donc en collaboration avec les autres services de la collectivité et les partenaires techniques locaux.

C’est l’un des intérêts d’avoir une Charte forestière : permettre aux multiples acteurs qui gravitent autour de la forêt de trouver une méthode de travail en concertation. Forêt publique, forêt privée, producteurs de bois énergie ou de bois d’œuvre, chasseurs, promeneurs, tous ont intérêt à mieux se connaître et travailler ensemble pour protéger et valoriser les espaces.

Jean Bernard Bellier, Vice-Président à la Forêt, s’est mobilisé pour qu’une culture commune autour de la forêt soit présente sur le territoire. Les élus en place ne sont pas toujours issus du territoire et peuvent avoir moins de liens avec une culture rurale. La Communauté de communes a mis en place une Commission forêt pour les élus depuis 2014 au cours de laquelle de l’information technique est apportée par les acteurs locaux (ONF, forêt privée – CRPFR, Chambre d’agriculture, interprofession du bois, etc.) et les projets en cours sont partagés et discutés.

La méthode trièvoise séduit les voisins du sud Isère

La dynamique trièvoise a séduit les territoires voisins et en 2016, les Communauté de communes de la Matheysine et du Trièves ont choisi de se rassembler pour permettre l’émergence d’une Stratégie forestière unique à l’échelle du massif Sud Isère. La Communauté de communes de l’Oisans a rejoint la démarche en 2018.

Le travail en partenariat avec les acteurs techniques de la forêt continue à se renforcer au sein de cette Stratégie. L’ONF, le CRPF, la Chambre d’agriculture et les collectivités réfléchissent leurs projets ensemble et ainsi, grâce à une concertation renforcée et à une échelle de territoire appropriée, plusieurs projets ambitieux ont séduit les financeurs et ont pu être déployés.

La Stratégie forestière travaille sur 4 axes :

  • Développer une culture commune de la forêt;
  • Mobiliser davantage de bois et regrouper les propriétaires privées ;
  • Favoriser l’utilisation du bois sous toutes ses formes ;
  • Anticiper les effets du changement climatique et s’assurer de la pérennité de la ressource.

Quelle forêt pour demain ?panneau chantier

Depuis que la collectivité a pris en charge la thématique forestière, les enjeux concernant la forêt ont évolués et ceci a fortement influencé la priorisation des actions à mener sur le territoire.

Mieux expliquer la gestion des forêts

Depuis une dizaine d’années, on ressent un décalage grandissant entre les urbains qui ont un regard très « naturaliste » sur la forêt et la réalité du terrain où des entreprises gèrent une ressource qui peut apporter de nombreux bénéfices à la société. Plusieurs actions ont donc été réalisées pour sensibiliser les habitants et les élus à la gestion forestière. Le panneau ci-dessous, permet d’expliquer le travail des entreprises forestières. Des films et des débats ont aussi été organisés, pour aborder cette thématique et toucher différents publics.

Continuer à mobiliser du bois

Le relief du territoire rend la mobilisation du bois compliquée. La mécanisation pratiquée « en plaine » n’est pas toujours possible et les coûts pour sortir les bois sont plus élevés en montagne. De plus, les entreprises forestières locales ne sont pas nombreuses :  le métier de bucheron ne séduit pas les jeunes. Les parcelles en forêt privée ne sont souvent plus gérées et il est très difficile de mobiliser les propriétaires souvent éloignés.

La collectivité travaille avec ses partenaires pour trouver des financements pour développer de la desserte forestière et de nouvelles méthodes d’organisation. Par exemple, des chantiers dit de « massification » permettent de regrouper des propriétaires privés et publiques autour d’un même chantier pour arriver à des tarifs intéressants. Ceci nécessite un temps d’animation conséquent pour rencontrer et mettre d’accord les propriétaires et les entreprises de travaux forestiers.

Les différents usages du bois

Le bois du territoire sert principalement à approvisionner trois filières : le bois d’œuvre, le bois énergie et le bois « industrie ». Ce dernier concerne les palettes et la trituration (papier) : il n’y a pas d’entreprises locales qui travaillent dans ce secteur et ce bois quitte donc le territoire. La collectivité accompagne surtout les deux autres filières en essayant de mettre en place une logique de circuits courts, comme en agriculture.

Un travail de sensibilisation est donc réalisé, auprès des élus essentiellement, pour encourager l’utilisation du bois. Et du bois local, si possible ! Un Colloque sur la thématique du bois local dans la construction a été organisé en 2017 pour les élus et les professionnels.

Plaquette à télécharger pdfLe bois local dans vos constructions

photo inaugurationPlusieurs bâtiments publics ont été réalisés en bois. Le dernier à sortir de terre est le Mangetou, le restaurant scolaire à Monestier de Clermont. Finaliste au prix national de la construction bois, il a la particularité d’être construit en partie avec du bois venant de la commune même où il est implanté !

Le Trièves est « Territoire à énergie positive » (TEPOS) depuis 2014. Un plan d'action pour réaliser à la fois des économies d'énergie et de la production d'énergies renouvelables doit permettre au Trièves d'atteindre en 2050 une autonomie énergétique grâce aux énergies renouvelables locales. Le bois a été identifié comme la source d’énergie renouvelable la plus abondante sur le territoire. Des actions sont donc menées pour accompagner les entreprises locales à produire du bois énergie de manière durable mais également pour inciter les communes à se chauffer au bois (chaudières à plaquettes, réseaux de chaleur, granulés)… Un colloque sur le sujet a été organisé en 2018.

Plaquette à télécharger pdfChauffer sa commune au bois 

L’avenir de la forêt en question ?

plantation fonds de reboisementLongtemps confiné au monde scientifique la thématique du changement climatique est maintenant au cœur des préoccupations des acteurs du terrain et des élus de territoire. L’IRSTEA de Grenoble a mené un programme sur le Vercors (ADAMONT, 2018) qui a révélé que les impacts du changement climatique sont plus accentués en montagne et déjà bien visibles sur nos territoires. Les essences forestières qui ont été implantées il y a une centaine d’années, notamment les résineux, souffrent des épisodes de sécheresse et des fortes chaleurs. Les feuillus, dont le hêtre, semblent moins touchés. La forêt va évoluer, mais sa manière de s’adapter ne sera peut-être pas en phase avec l’industrie du bois qui s’est construite localement autour des résineux.

Le temps de la forêt est long et il y a beaucoup d’incertitudes concernant l’évolution du climat. Le territoire du sud Isère a choisi d’agir en travaillant sur les essences forestières qui pourraient être mieux adaptées au changement climatique, tout en répondant aux exigences des marchés du bois. Le Trièves a financé grâce à son programme TEPOS des plantations en forêts publiques et privées. Le Département de l’Isère a mis en place des actions également pour tester les « essences d’avenir » qui pourront permettre aux forêts d’être plus résilientes.

Des actions de sensibilisation sont organisées régulièrement car il est compliqué pour les non experts de comprendre que la forêt, qui semble gagner du terrain et prospérer, est en fait en difficulté.

Une autre difficulté s’ajoute aux forêts du sud Isère : la présence de nombreux cervidés empêche la régénération naturelle des forêts. Les semis d’arbres et jeunes pousses sont mangés par les animaux. Les forestiers sont très inquiets de voir que la forêt de résineux ne se renouvelle pas. Un travail est réalisé avec la Fédération de chasse pour trouver des solutions à cette problématique. Une plaquette sur le sujet a été réalisée par la Communauté de communes.

Plaquette à télécharger pdfLes problèmes de régénération naturelle en forêt du Trièves

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne doivent pas être désactivés.
Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.
Nous ne les utilisons pas à des fins analytiques ou publicitaires.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse de Google Analytics, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Réseaux sociaux/Vidéos

Des vidéos de YouTube qui exploite des cookies, sont présents sur ce site web.
Ils permettent à YouTube d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce site web utilise un certain nombre de cookies pour gérer, par exemple, les sessions utilisateurs.
Nous ne les utilisons pas à des fins analytiques ou publicitaires.